Partage de textes de coeur à coeur...

24. janv., 2020

De la dualité à l'unité, ou de ce qui nous sépare de, nous fait souffrir et subir, à ce qui nous reconnecte à notre essence, notre autorisation à être heureux en tant que créateur conscient de notre vie.

 

1- (Le monde du mental)   le monde de la divergence qui est la division interne et externe. Il vénère le pouvoir sur toute vie, s'accapare et a la mainmise sur chaque chose qu'il convoite. Il tente de tout maîtriser par l'intellect, le raisonnement à vouloir tout comprendre pour savoir. Il est l'instrument extérieur de soi qui nous sépare de nos racines intérieures. Il vit dans les nuages d'une montgolfière de rêve, d'illusions car il n'a plus les pieds sur terre, il est désincarné de lui-même. Il vie toujours dans le passé et le futur... 

 

2- (Le monde de l'ego)  Je tire gloire de mon incarnation, et si l'on ne me propose pas une direction pour servir l'âme, je prends les rennes et deviens le conducteur. Je suis le plus beau, le plus fort, j'adore les compétitions qui me glorifie, je suis une encyclopédie vivante du savoir intellectuel, mais savoir de quoi ? D'un monde vide sans vie énergétique. L'ego veut avoir raison et être au-devant de tout pour marcher sur le monde. Il est orgueilleux, imbu de sa personne et au-dessus de tout, il est éphémère, un battement de cil à l'échelle de l'Univers. 

 

3- (Le monde de la personnalité)  Je me pavane au-devant de la scène car mon mental et mon ego me l'imposent. Je suis né de leur union. Je veux que l'on m'aime, mais superficiel, ce n'est que par mon paraître que je touche les esprits. C'est au travers de moi, lorsqu'on me vénère, qu'on m'ovationne, que se nourrissent mon ego et mon mental. Je ne suis rien qu'un monde vide qui se donne une apparence, un genre, un trou noir avide de vos énergies... 

 

4-(Le monde divin de la lumière)  Votre âme vous guide et vous détache du monde de la troisième dimension pour vous faire rentrer dans le monde de l'Esprit Saint, le monde de vos dimensions intérieures, antérieures. Quand vous travaillez avec ce monde-là, vous ne cherchez jamais à savoir ou comprendre les choses, car cela vient naturellement, spontanément à vous, car votre esprit vibre dans l'illimité du moment présent. C'est le détachement sur tout, vous vivez le moment présent comme si c'était votre dernier instant à vivre. L'avantage de cette conscience dimensionnelle, c'est que vous vivez et mettez en pratique tout ce que l'on vous enseigne intérieurement. Ce monde supérieur vous ouvre les portes aux connaissances et enseignements universels, je le confirme et je signe. L'état de conscience dans votre liberté d'évolution dépend de votre état d'esprit, où vous placez-vous pour évoluer consciemment ? Dans la dépendance d'un monde esclavagiste, de pouvoir sur autrui, qui vous dit comment vivre, comment manger, comment acheter, comment dormir, comment vous endetter... qui formate votre état de conscience, ou dans le monde de l'illimité de la conscience du coeur Universel.

24. janv., 2020

  

L'Amour

L’amour est le principe qui crée et soutient les relations humaines avec profondeur et dignité. L’amour spirituel transporte l’être dans un silence qui a le pouvoir d’unir, de guider et de libérer les êtres. L’amour est la véritable source d’égalité. L’amour est le catalyseur du changement, du développement et de la réussite.

 

L'amour n’est pas simplement un désir, une passion, un sentiment intense envers une personne ou un objet, mais un niveau de conscience à la fois altruiste et riche en réalisation personnelle. L’amour peut avoir pour objet un but spécifique, la vérité, la justice, l’éthique, les êtres humains, la nature, le service des autres, Dieu. L’amour découle de la vérité, c’est-à-dire de la sagesse. L’amour fondé sur la sagesse est l’amour réel, et non l’amour aveugle. Et découvrir les secrets de l’amour, c’est regarder se dérouler les secrets de la vie.

La base du véritable amour

La base du véritable amour entre les êtres est spirituelle. Voir l’autre comme un être spirituel, comme une âme, c’est voir sa réalité spirituelle. Etre conscient de cette réalité, c’est éprouver l’amour spirituel : chaque personne, entière et indépendante, cependant totalement reliée aux autres, reconnaît ce même état chez l’autre. Il en résulte un amour naturel et constant. L’amour véritable, c’est lorsqu’il y a amour d’âme à âme. L’amour pour l’âme est éternel; l’âme ne meurt jamais. Un tel amour est juste et procure une grande joie. L’attachement à ce qui est périssable ne l’est pas et apporte la peine.

Quand prévaut l’amour spirituel, l’animosité, la haine, la colère ou la jalousie sont impossibles, intérieurement comme extérieurement. La fraîcheur de l’amour transforme les sentiments négatifs en sentiments positifs. L’amour spirituel recèle l’harmonie, car l’amour remplace automatiquement les tendances à la domination ou à la dépendance mutuelle par la douceur, l’attention et la compréhension.

Le calme de l’amour

L’amour spirituel ne s’appesantit pas sur les faiblesses des autres et s’attache, au contraire, à éliminer ses propres défauts. La méthode pour cela est de vérifier en soi-même régulièrement s’il existe l’habitude naturelle de donner du bonheur aux autres, et non de la peine. Néanmoins, le véritable amour du fond du coeur ne peut pas supporter de voir des faiblesses chez l’être aimé. Le désir pur de corriger ces faiblesses proviendra, d’une part, de l’amour et d’autre part, du pouvoir des mots. Avec un équilibre entre les deux. Trop de pouvoir dans les paroles ou trop d’amour peuvent conduire à l’échec. Si les mots sont trop durs, l’autre peut se sentir insulté ou rejeté par ce qu’il ressent comme trop autoritaire. L’équilibre entre l’amour et le pouvoir des mots procure une expérience de compassion, de miséricorde et de bénéfice. Lorsque chaque mot est porteur d’un degré d’amour authentique, alors, que le message soit fort ou amer, il touchera le coeur de l’autre et sera perçu avec vérité.

Les êtres humains se sont laissés prendre au piège d’un mode de comportement qui a faussé la valeur de l’amour et l’aptitude à se faire confiance les uns aux autres. Un instant l’amour est là, et l’instant suivant cet amour, brisé, cause une peine et une douleur intenses. C’est comme si l’intellect humain avait perdu le contact avec la source éternelle d’amour et pris le soutien temporaire de sources limitées. En conséquence, au lieu de puiser une force et un soutien à une source inconditionnelle, les âmes humaines restent assoiffées d’amour véritable, fût-ce d’une seule goutte. Sans cet amour, elles continuent d’errer dans la détresse, en quête perpétuelle...

La flamme éternelle

Le monde se souvient de Dieu comme de la source ultime d’amour, l’océan d’amour, la flamme éternelle. Dieu donne, inconditionnellement, un amour qui est impérissable, universel et unique. Impérissable, car cet amour est infini, constamment rayonnant et totalement disponible. Universel, car cet amour n’a ni frontières ni préférences ; des vibrations d’amour qui rayonnent en direction de toutes les âmes, de toutes cultures, races et croyances. Unique, car le feu de l’amour de Dieu épure le coeur et l’âme. Ceux qui puisent dans cet amour renouent le lien d’une relation éternelle. Ceux qui font l’expérience de l’amour spirituel de Dieu - qui se fondent dans la Flamme Eternelle de la Vérité - sont coupés de tout faux-semblant. De telles âmes apprennent la première leçon de la fraternité universelle : toutes les âmes

24. janv., 2020

L'homme a souvent tendance à rejeter la faute sur l'autre. Il voit en dehors, ce qu'il ne voit pas, où ne pas voir en dedans. C'est tellement facile de casser le miroir plutôt que de se regarder et d'observer en se remettant en cause.

Au lieu d'accuser l'autre, il est nécessaire d'observer, ce qui nous dérange véritablement dans son comportement et de voir ainsi, comment on peut changer en nous ce que l'on observe en lui. Lancer une pierre dans le miroir pour détruire la vision de nous-mêmes, ne nous change pas. Mettre un voile devant la glace ôte le reflet temporairement, mais dès que l'on se trouve devant un autre miroir on se voit aussitôt. 

 

Certaines personnes n'ont pas de miroir chez elle, car elles ne se supportent pas.

D'autres pensent qu'en fuyant la réalité du moment, en se voilant temporairement le miroir, elles trouveront un autre reflet ailleurs...C'est faux!

Même à l'autre bout du monde, si aucun changement intérieur n'a eu lieu, elles seront les mêmes.

Changer de maison, de travail, de conjoint ou autre ne change rien car la cause est à l'intérieur de soi, en dedans!

 

Pour pouvoir changer le reflet et qu'il devienne plaisant à regarder, il est bon de nettoyer ce qui dérange. Et toujours, on retrouve des sentiments limitatifs qui nous empêchent de rayonner pleinement notre Être réel.

Sentiments de rejet, d'injustice, de dévalorisation, d'impuissance, d'intolérance,

d'inutilité, d'échec, d'abandon, de trahison, de destruction, de déni...

 

Lorsque le senti ment, il ne dit pas la vérité et nous sommes frustrés de ne pouvoir vivre la vérité de la vie. Alors allons le déloger, le rassurer, le guérir, le nettoyer en lui donnant notre pardon et osons l'éclairer par de l'Amour inconditionnel.

 

Il existe un lieu divin en nous, au niveau de notre thymus , où l'âme peut rayonner, entre le chakra du coeur et celui de la gorge. Lorsque celui-ci est habité par notre âme, il y a comme un écartement des côtes et un "feu" intérieur qui donne une force extraordinaire.

C'est de là que peut se transformer toutes les souffrances en paix.

 

La guérison de notre "Moi" peut alors commencer.

Passer du "moi" au "Moi je", puis directement au "je", et ensuite comprendre que ce "je" est l'émanation du Divin et qu'il est en réalité l'Être Divin tant recherché, c'est accueillir entièrement la vie divine et se fondre dans la source. C'est ce que nous humains devront faire pour pouvoir passer à un plan de vie supérieur. Lorsque chacun pourra se regarder, les yeux dans les yeux dans tous les miroirs qu'il rencontrera, avec joie et clarté, alors le monde sera vraiment différent.

 

Combien de personnes peuvent tenir le regard des autres sans honte, peur ou orgueil ?...Combien baissent les yeux, détournent le regard, portent des lunettes noires même à l'intérieur ou se créent des maladies  pour ne pas bien voir, pas bien SE voir ?

 

Et si l'on apprenait à se regarder en face et transformer en soi ce qui nous gêne chez l'autre ? Et si l'on acceptait ses responsabilités, mais aussi les responsabilités des autres à être qui ils veulent être, sans chercher à les changer ?

...peut-être que le monde irait déjà bien mieux...

 

Joéliah